Menu

Le Jour où Tout a basculé (extraits)

21 février 2017 - Nos livres

Extrait 1/3

Elle était là ; avec un énorme ruban rouge sur son toit, elle trônait fièrement sur le trottoir. C’était une magnifique New Beetle noire, flambant neuve. Lisa sautillait comme une adolescente écervelée qu’elle était encore hier. Du moins était-elle adolescente peu de temps encore avant ce jour. En revanche, à bien y réfléchir, elle n’avait jamais été écervelée. Elle était même plutôt tout l’inverse : mûre et mature, douce et réfléchie. Mais une fois n’était pas coutume.

Cette voiture, elle en avait rêvé toute sa vie. Elle avait longtemps imaginé les périples qu’elle ferait à son volant. C’était celle-là qu’elle désirait ; pas une autre. Elle devait être noire et porter un sticker papillon sur son réservoir. Elle l’appellerait « Évasion ». Oui c’était sans doute idiot de donner un nom à une voiture mais qui s’en soucierait vraiment ? Lisa n’avait que faire des conventions d’usage. Elle se foutait comme d’une guigne du regard des autres et, dans la société actuelle, c’était plutôt un signe de bonne santé. Cela demeurait cependant mal accepté par le plus grand nombre.

Sentant peser sur elle le regard de son père et d’Achille, Lisa consentit à réprimer son agitation frénétique et fit embarquer son paternel et son amoureux à bord de son nouveau bolide.

— C’est officiel : tu es le meilleur papa du monde, s’enthousiasma-t-elle en prenant place derrière le volant.

S’ensuivit un silence inquiétant auquel elle ne prêta d’abord aucune attention tant elle était impatiente d’entendre rugir le moteur de l’engin. Puis, elle prit conscience de l’ambiance de plomb. Achille était resté sur le bas-côté et lui faisait signe d’un air désolé. Son père, assis à la place du passager, affichait le même visage contrit. C’était le plus beau jour de sa vie ; elle avait un amoureux génial, un papa formidable, une mère… oui, bon, une mère qui était morte beaucoup trop tôt mais elle en avait fait le deuil. Et, surtout, aujourd’hui marquait le début de sa véritable autonomie. Trois semaines plus tôt, elle avait obtenu avec grande distinction son diplôme d’architecte d’intérieur. Elle avait des projets plein la tête et un contrat assuré dans une boîte réputée ‒ où elle avait effectué son stage ‒ en attendant de monter sa propre affaire. Aujourd’hui, elle obtenait sa première voiture rien qu’à elle ; celle de ses rêves et elle n’avait même pas à la payer.

Alors, pourquoi Achille s’entêtait-il à rester sur le trottoir ? Pourquoi son père affichait-il une tête d’enterrement ? Lisa posa ses grands yeux noisette aux cils interminables sur ce dernier. Il se contenta de hausser les épaules.

— Roule s’il te plaît, ordonna-t-il.

— Pourquoi Ach ne vient-il pas ? demanda-t-elle.

Elle commençait à être inquiète.

— Roule s’il te plaît, répéta-t-il sans rien ajouter.

Elle soupira exaspérée mais consentit à démarrer le moteur. Dans son rétroviseur, elle vit Achille se détourner, il ne la regardait même pas.

— Vous faites chier ! Ce moment était parfait. Pourquoi faut-il que vous fassiez la tête ?

— Personne ne fait la tête, Lisa.

— Alors pourquoi Ach n’est pas monté avec nous ?

— Parce qu’il y a des choses que je dois t’avouer. Et que celles-ci pourraient bien changer ce que tu décideras ensuite. C’est au sujet de ta mère.

Lisa soupira et passa la troisième vitesse mais quelque chose coinça dans le pommeau et elle l’entendit grincer. Il fallait qu’elle se calme si elle ne voulait pas déjà endommager son précieux joyau. Derrière eux, un automobiliste pressé se mit à klaxonner, ce qui n’aida pas Lisa à se décrisper. À la hâte, il la doubla, venant presque percuter sa portière ; ce qui lui fit une belle frayeur. Quand elle retrouva ses esprits, elle se retourna vers son père qui, lui, demeurait impassible.

— Bon, je t’écoute ! Et dépêche-toi ! Vous avez réussi à m’énerver et ce n’est pas très judicieux quand je conduis.

— Lisa, il y a une chose que tu dois savoir : ta maman est vivante.

La jeune femme appuya un peu trop sèchement sur le frein et se décida à se ranger sur le trottoir. Elle allait finir dans le décor si cela continuait.

— Tu te fous de moi, j’espère ?

— Non Lisa… Quand j’ai connu ta mère, j’ai toujours su qu’il y avait quelque chose de particulier chez elle. Régulièrement, elle disparaissait pour des périodes allant de quelques heures à quelques semaines. Quand c’est devenu sérieux entre nous, je ne pouvais évidemment plus accepter cela. Elle m’a alors raconté une histoire complètement folle à propos d’un endroit où l’on vivait comme autrefois, il y a bien longtemps, quand les progrès de la civilisation n’avaient pas encore commencé à pourrir les hommes. Un lieu où elle pouvait aller mais pas moi. Pour moi, c’était radicalement impossible. Évidemment, je ne l’ai pas crue ; comment pouvait-il exister un endroit inaccessible pour l’un et pas pour l’autre ?

— C’était un espace pour les femmes, c’est cela ? questionna Lisa sur la défensive.

— Pas exactement. C’était un lieu réservé à des « élus » ainsi qu’à leur progéniture.

— Tu veux dire que moi…

— Oui, je veux dire que toi, tu peux accéder à cet endroit.

— Comment ?

Soudainement, une forme d’excitation s’empara de Lisa.

— Avec cette voiture. À vrai dire, ce n’est pas par hasard que tu rêves depuis toujours de cette dernière en particulier. Ta mère a suffisamment planté ses graines avant son départ. Elle a tout programmé et moi je ne peux qu’exécuter ses ordres, même si cela me déplaît au plus haut point.

— Je ne comprends rien papa ! Pourquoi ça te déplairait que j’aille voir ma mère ? Si toutefois elle était vivante ! demanda-t-elle à la fois perplexe et énervée.

— Cet endroit est étrange, tu le découvriras par toi-même si tu choisis de t’y rendre. Mais surtout, un jour, tu risques d’y rester coincée et je ne te reverrai plus jamais.

— OK, tu me fais marcher ! Où est la caméra ? Tu m’as bien eue ! On peut aller chercher Ach maintenant ?

— Écoute, voilà ce que l’on va faire : je vais sortir de la voiture et toi tu vas continuer à rouler. Tu prendras la nationale et tu passeras la quatrième vitesse. S’il ne se passe rien, reviens me chercher et nous irons récupérer Achille.

Lisa soupira à nouveau mais obtempéra. Son père avait de toute évidence perdu la tête. Mais pour le coup, l’idée de se retrouver seule avec sa voiture ‒ sans avoir à écouter les délires paternels ‒ lui convenait parfaitement. Ainsi suivit-elle la direction indiquée et, dès qu’elle fut sur la nationale, elle fit glisser le pommeau de vitesse vers le bas. Une fois la quatrième vitesse engagée, la New Beetle se mit à trembler. Sa tête commença à lui tourner et elle s’évanouit. Quand elle revint à elle, la voiture n’était plus sur la route qu’elle connaissait si bien mais arrêtée face à une énorme porte qui semblait être celle d’une sorte de hangar.

— Ah Lisa ! Nous t’attendions bien plus tôt ! Je vais t’ouvrir la porte. Ton emplacement est le AB-3, s’exclama une grande dame élancée aux grands yeux noisette et aux magnifiques cheveux bruns bouclés aux reflets acajou.

 

Extrait 2/3

Lisa s’éloigna pensive. Était-ce comme cela qu’elle était supposée réaliser la prophétie ? Le voulait-elle encore vraiment ? Puisqu’elle avait initié tout cela, elle se devait d’aller jusqu’au bout mais serait-elle suffisamment solide ?

Elle alla frapper à la porte de Toby, priant pour qu’il ne soit pas encore sorti. Une poignée de secondes plus tard, il apparut les cheveux tout ébouriffés. Son visage s’éclaira d’un sourire étincelant lorsqu’il aperçut sa visiteuse. Il l’entraîna à l’intérieur et referma la porte. Lisa l’embrassa furtivement mais le ramena rapidement à la réalité :

— J’ai à te parler !

— Oui ? Je t’écoute.

— Comment se fait-il que tu ne sois pas encore prêt ?

— J’ai décidé de ne pas faire l’appel aujourd’hui.

— Pourquoi cela ?

— Parce que je ne suis pas un bon chef pour la communauté. Je ne partage même pas leurs idées. En mon absence, Oscar prendra simplement la relève ; il est bien meilleur au poste. Je renonce à mon grade.

— Bon sang qu’est-ce que j’ai fait ? murmura Lisa pour elle-même.

— Ne t’inquiète pas ; tu n’y es pour rien. Tu m’as juste ouvert les yeux sur ce qu’au fond je savais déjà.

— Mais ta société fonctionne mieux que la mienne.

— Pour le moment, oui. Mais tu m’as fait réfléchir : elle fonctionne parce qu’on lui dicte quoi faire et qu’elle n’a pas connaissance de tout un tas de choses. On a des œillères ; tu avais vu juste.

— Bien, je pense qu’en fait c’est une bonne chose… Olivia et sa maman sont venues me voir ce matin ; c’est de cela que je voulais te parler. Elles refusent de participer à l’appel du jour et d’autres ont pris la même décision. Ils m’attendent à l’orée du bois mais je tenais à t’en parler avant de faire quoi que ce soit.

— Tu me donnes quelques minutes ? Nous irons les voir ensemble ; nous déciderons ensuite.

Il l’embrassa un long moment puis s’éloigna dans sa chambre pour arranger ses cheveux et enfiler des vêtements.

Quinze minutes plus tard, les deux amants interdits rejoignirent Olivia et… plus de vingt autres villageois.

— Êtes-vous donc si nombreux ? s’étonna Lisa.

— Nous le sommes davantage encore mais certains ont du mal à l’avouer, répondit Judith.

— Et que voulez-vous faire ? demanda Toby.

— Être libres !

— Souhaitez-vous quitter la communauté ? poursuivit Lisa.

— On n’en est pas vraiment sûrs mais…

— Ce que Thierry essaie de dire c’est que nous nous demandons si demeurer ici pour vivre dans un « monde meilleur », qui ne l’est pas forcément, a du sens… Peut-être que c’est dans le monde réel que nous devons nous battre pour changer les choses ? expliqua Gérard.

— Je trouve cela très juste ! C’est ce que je m’esquinte à faire comprendre depuis que je suis là, s’enthousiasma Lisa.

— On dirait que tu as fait mouche jeune fille, intervint Holly, une dame plus âgée que Lisa connaissait peu.

— OK. Nous allons commencer par gérer la crise que va mobiliser notre absence à tous à l’appel du jour et nous déciderons de la suite plus tard, trancha Toby.

— Et nous allons faire quoi ?

— C’est ça le plus beau : absolument tout ce que nous voulons. Cependant, nous n’avons pas vraiment le choix : nous sommes trop nombreux pour participer aux repas l’air de rien ou pour profiter des récoltes une fois les dos tournés. Ce serait du profit qui plus est. Nous avons donc à nous trouver à manger…

L’ambiance de la journée fut formidable ; un petit peu dans le style « camp de vacances ». Et, finalement, ils ne firent rien de bien différent de ce que les autres faisaient de leur côté. Néanmoins, ils ne réalisèrent rien d’imposé. La communauté, derrière ses slogans de liberté, les enfermait dans quelque chose. Nul ne possédait rien à soi et ils n’avaient pas vraiment d’autre choix que de se plier au rituel matinal de répartition des tâches. Lisa était perplexe car chez elle les choses étaient pires. Ils devaient aller bosser chaque matin, respecter les règles et les lois d’une société, bien plus strictes que celles qui étaient en vigueur ici même. Elle commençait à se sentir coupable. Dans quelle fourmilière était-elle en train de mettre des coups de pied ?

Alors qu’ils étaient assis autour du feu et échangeaient des anecdotes, Lisa prit la parole :

— J’ai à vous parler : vous n’avez pas l’air de bien comprendre comment est la vie là d’où je viens. Alors, je vais vous raconter. Chez nous, chacun se doit de se choisir un métier, parfois deux mais nul ne peut occuper toutes les fonctions. Chaque emploi est très pointu et nécessite des études plus ou moins longues. Nous devons payer pour nous former ; enfin nos parents le doivent. Plus nous étudions et plus nous gagnerons, normalement, bien notre vie. Mais en attendant ça coûte beaucoup d’argent. Une fois diplômés, c’est-à-dire quand nous avons prouvé que nous disposons des connaissances nécessaires pour exercer notre profession, nous devons chercher un poste. C’est parfois très difficile à trouver. Quoi qu’il en soit, lorsque cela est fait, nous recevons un horaire et des directives précises. Si cela n’est pas respecté, nous pouvons être licenciés, ce qui veut dire perdre notre travail. Mais tant que nous marchons droit, nous percevons un salaire une fois par mois ; il nous permet d’acheter les choses qui nous font envie, pour notre confort ou surtout pour nos besoins. À côté de ça, il y a aussi tout un tas de choses qui nous coûtent beaucoup et nous n’avons pas le choix, nous devons les payer. Par exemple, il nous faut de l’argent pour avoir une maison, pour avoir le droit de consommer de l’eau, pour pouvoir utiliser une voiture, pour faire des activités, pour… En fait, pour tout ! Seul respirer est gratuit et encore… MAIS, et c’est très important, si nous payons et que nous respectons les conditions, nous pouvons faire tout un tas de choses très intéressantes.

— Peux-tu nous en parler ? demanda Arthur, un homme d’une toute petite trentaine d’années.

— Bien sûr mais… Avez-vous entendu tout ce que je viens de vous dire ? Vous voulez plus de liberté mais cela n’arrivera jamais.

— Nous ne voulons pas plus de liberté… Nous aspirons juste à vivre dans le monde réel et si possible à le rendre meilleur ; la fuite n’a jamais rien résolu. Un peu avant que tu n’arrives, deux hommes de chez nous se sont battus car ils aimaient la même femme. L’un des deux s’est mal réceptionné et est mort du coup du lapin. La fille qu’ils désiraient s’est tellement sentie coupable que le lendemain, on l’a retrouvée pendue à un arbre. Tu vois, la vie n’est pas parfaite ici non plus et j’ai d’autres exemples du genre, argumenta Judith.

— Pensez-vous que ces choses-là n’arrivent pas chez nous ?

— Nous savons que si, mais cela fait partie de la vie et le constat que fait Judith c’est que l’on a beau vivre sous une cloche de verre, on ne se protégera jamais de ce que l’on voudrait car cela fait partie de notre condition d’humains. C’est ce que mon ancêtre avait négligé dans ses savants calculs, expliqua Toby.

Lisa fut convaincue et partagea avec les autres les choses qu’elle aimait faire dans sa vie de tous les jours ; aller au cinéma ou au bowling ; prendre des cours d’escalade ou de salsa ; voyager, sortir, danser et tant d’autres choses encore.

Quand la nuit tomba, chacun s’en retourna chez soi. Demain était un autre jour. Lisa profita de quelques instants encore, blottie dans les bras de Toby. Le temps jouait contre eux ; ils ne pouvaient pas continuer cette relation, il leur restait désormais si peu de temps.

 

Extrait 3/3

Toby prit une grande inspiration, but une gorgée de café brûlant et lui sourit tristement avant de reprendre où il s’était arrêté la veille :

— J’étais donc attaché à ce lit quand la femme qui m’avait laissé quelques instants plus tôt revint avec un homme beaucoup plus âgé. Il avait une longue veste blanche, ce qui lui donnait l’appa-rence d’un médecin bien que je demeurasse convaincu que ce n’était pas exactement le cas. Il s’appelait Ben. Un nom pareil, ça inspire la sympathie, tu ne trouves pas ? Il avait la voix rassurante d’un grand-père qui s’adresse à ses petits-enfants. Tout ça m’a tout de même légèrement apaisé, c’est idiot, je sais, mais je l’étais sans doute un peu. Il m’a fait une offre que je ne pouvais pas refuser et que j’ai donc acceptée. Il me proposait un job et je serais nourri, logé, blanchi. De là d’où je revenais, c’était bien plus que je ne pouvais espérer. Le plus beau, c’est que je n’avais rien à faire, juste accepter de participer à quelques tests pour faire progresser la science. Tu vois, j’avais fait du mal autour de moi, je voyais là aussi une occasion de me racheter.

— Donc tu es devenu un cobaye humain ?

— Un rat de laboratoire plutôt. Je m’attendais à ce qu’ils testent sur moi des médicaments qui pourraient un jour sauver des vies. Pour la première fois de mon existence, j’avais l’occasion de faire quelque chose d’utile pour l’humanité. Mais j’ignorais alors qu’il n’en serait rien. C’est idiot, j’ai cessé de me méfier beaucoup trop tôt. Je n’ai même pas pensé à demander sur quoi ils travaillaient exactement.

— Et c’était quoi ?

— Je vais y venir. Ben m’a donc proposé de me faire visiter ce qui serait mon studio si j’acceptais sa proposition. Lisa, tu n’imagines pas le luxe que c’était pour quelqu’un qui venait de passer des mois dans la rue. Il y avait des moulures aux murs, des draps de soie dans le lit et un gigantesque écran plat dans le salon. J’avais aussi une petite cuisine full équipée et un frigo débordant d’aliments aussi frais qu’appétissants. Et un bain ! Tu sais depuis combien de temps je n’avais pas pris un bain ? Bref, je n’ai pas hésité une seule seconde. J’ai signé un contrat que je n’ai même pas pris le temps de lire. J’aurais sans doute dû, mais maintenant je ne saurai jamais ce qu’il contenait.

Toby marqua une pause pour s’assurer qu’il avait toujours l’attention de Lisa, pour se remémorer les événements mais aussi, et surtout, pour vérifier que son interlocutrice allait toujours bien. D’un signe de tête, elle l’invita à continuer et il reprit :

— Au début, ils m’ont laissé tranquille, je me suis installé à mon aise, j’ai pris mes marques. Puis, j’ai réalisé qu’il y avait quelques règles. La principale était implicite mais incontournable : je n’avais pas le droit de quitter les lieux. La clinique était grande et accueillante. Il y avait des chambres médicales et des petits lofts comme le mien, au milieu de tout un tas de trucs sympas et divertissants. Le bâtiment était également entouré d’un parc somptueux mais, si on allait tout au fond, on se retrouvait face à un mur immense, infranchissable et muni de câbles électrifiés. Je ne savais pas où j’étais, mais je savais que je n’irais nulle part ailleurs.

— Mais c’est horrible. Quand est-ce que ta roue tourne ?

— Honnêtement, je pense qu’elle était cassée pour moi ; elle a mis un sacré temps à se réparer, mais les miracles ça arrive malgré tout. J’ai parfois eu de la chance dans mon malheur. Au début, tu sais, il y avait vraiment de quoi être heureux là-bas. Je me suis fait quelques amis et il y avait tout un tas d’activités. J’ai joué à des jeux, j’ai fait du sport, j’ai rattrapé mon retard considérable en matière de cinématographie… Puis, ils sont venus me chercher pour la première journée de tests. J’étais confiant, tout était bien là-bas, tout le monde était gentil alors, pourquoi cela se serait-il mal passé ?

— J’imagine que c’est là que ça se corse ?

— Tu imagines bien. Ils m’ont emmené dans le sous-sol du bâtiment, dans une pièce qui n’était ni plus ni moins qu’une salle de torture.

— Mais enfin ! Quelle science peut-on bien faire progresser avec ça ?

— Leur propre science. En fait, sans le savoir je m’étais finalement enfermé dans une nouvelle secte bien pire que la première. Leur unique but était de créer des hommes et des femmes qui leur seraient pleinement dévoués. Et pour ça, tous les coups étaient permis. Leur objectif était de nous briser au plus profond de nous afin que l’on devienne totalement formatables. Ils voulaient voir jusqu’où cela pouvait aller. En gros, on était un peu comme des djihadistes ou des kamikazes. Ils nous auraient collé une bombe et nous auraient demandé d’aller nous faire sauter dans je ne sais quel lieu public surpeuplé que nous l’aurions fait les yeux fermés. Pour commencer, ils nous injectaient un produit qui nous brûlait de l’intérieur. La souffrance était si atroce qu’on aurait fait n’importe quoi pour que cela s’arrête. Mais il y avait un moment, qui est venu très vite pour moi, où l’on ne ressentait même plus cette douleur et, là, ils passaient à la vitesse supérieure.

D’un geste, il ouvrit sa chemise qu’il laissa glisser en arrière pour dévoiler un dos lacéré de cicatrices boursouflées qui ne guériraient jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.